confort thermique d'hiver et d'été

puce Terre Occitane Ocre

fleche retourFiches techniques
fleche retourProduits fabriqués

puce PRÉSENTATION DU MATÉRIAU

terre occitane ocre BARTHE

EMPLOI

Terre argileuse de base (terre de Garonne) amendée avec du sable jaune 0/2 mm pour corps d’enduit en monocouche ou multi couches en finition, le sable apparaît au lissage et donne un éclat à l’enduit.

SUPPORTS

Cette terre s’applique sur :

puce maçonneries terre crue : attention au fort retrait,

puce maçonneries BBM (agglos béton),

puce maçonneries terre cuite,

puce maçonneries pierre,

puce maçonneries béton cellulaire,

puce murs béton,

puce plaques de plâtre (avec une accroche préalable),

puce gobetis terre, gobetis terre et chaux,

puce corps d’enduit terre, terre et chaux.

LIEU D'EXTRACTION

Cette terre est extraite de la carrière de la briqueterie Barthe à GRATENS qui jouxte l’usine de production.

Exempte de toute culture agricole depuis plus d’un siècle, cette terre est vierge de tout produit polluant (pesticides, produits chimiques, agents dangereux …).

Le séchage de la terre se fait naturellement à l’air libre sous serres.

Le sable est extrait d’une carrière voisine.

COMPOSITION

Ensemble Argile laminée à 7/10e de mm – sable jaune 0/2 mm

 

CONDITIONNEMENTS ET PRÉCAUTIONS DE STOCKAGE

La terre est livrée :

puce en bigbag de 1000 kg soit environ 0,800m³.

puce en sacs de 25 kg

La terre doit être stockée à l’abri de la pluie, elle se conserve ainsi indéfiniment.

PROPRIÉTÉS PHYSIQUES

- L’enduit est perspirant
- Masse volumique apparente : 1250kg/m³
- Conductivité thermique : λ = 0,9 W/m.°C
- Capacité thermique : 425 Wh/m².°C
- Effusivité thermique : 1500 kJ/m².°C
- Diffusivité thermique : 2,60x10³m²/h (pour une épaisseur de 5cm)
- Classement au feu : Mο

Les qualités d’inertie dépendent évidemment de l’épaisseur de l’enduit. En faible épaisseur nous parlons d’inertie superficielle, en épaisseur plus importante (au dessus de 3cm) on peut parler d’inertie d’absorption.

QUALITÉS ENVIRONNEMENTALES


La terre répond à de nombreuses exigences de la QEB (Qualité Environnementale du Bâtiment) :

Cible 2 : La construction en terre s’adapte parfaitement au site et les constructions anciennes prouvent sa durabilité, enfin la terre repart à la terre ce qui en fait un matériau 100% recyclable.

Cible 3 : Peu de nuisances sur le chantier : bruits limités, aucune pollution de la parcelle, matériau peu énergivore.

Cible 4 : Gestion de l’énergie : par son inertie (masse volumique de 2000kg/m3) la terre est un très bon régulateur thermique qui permet des économies d’énergie importantes.

Cible 5 : La fabrication et la mise en œuvre sont peu consommatrices d’eau.

Cible 6 : Gestion des déchets : la terre non stabilisée repart à la fabrication et ne produit aucun déchet.

Cible 8 : Toujours grâce à son inertie et à son pouvoir d’absorption et de restitution de l’humidité la terre procure un confort hygrométrique en toute saison.

Cible 9 : Non seulement la terre est un bon isolant phonique mais par sa qualité de faible réverbération du son elle permet une bonne correction phonique pour un meilleur confort acoustique.

Cible 10 : Le coté naturel du matériau confère à la finition un confort visuel.

Cible 11 : La terre absorbe les odeurs ce qui améliore le confort olfactif.

Cible 12 : La terre est un produit naturel à la traçabilité transparente non nocif pour une excellente qualité sanitaire des espaces.

CONSOMMATIONS MOYENNES

Consommations de terre sèche au m² en fonction de l’épaisseur :

Type enduit Consommation Surface réalisée avec 25 kg
Enduit fin de 2 mm 2,5 kg 10 m²
Enduit de 5 mm 6,2 kg 4 m²
Enduit de 10 mm 12,4 kg 2 m²

 

puce MISE EN OEUVRE

PRÉPARATION DE LA TERRE

Plus le support est lisse plus le mélange doit être liquide. Attention cependant, plus un enduit est liquide plus il faudra attendre pour le serrer.
En couche de finition l’enduit doit être souple et onctueux.

Mélanger de la terre et de l’eau avec un malaxeur ou à la bétonnière (elle doit tourner lentement) ou directement à la machine à projeter. La terre peut être amendée avec de la chaux, du chanvre, de la paille ou d’autres adjuvants. Le % d’eau dépend de la consistance désirée et du type de support. Il est en général d’environ 20%. Il faut ajouter l’eau à la terre en malaxant petit à petit.
Plus le support est lisse plus le mélange doit être liquide. Attention cependant, plus un enduit est liquide plus il faudra attendre pour le serrer.
Il est préférable de préparer la terre de la veille (sauf si elle est stabilisée à la chaux), il suffit le lendemain de remalaxer légèrement et d’ajouter de l’eau si nécessaire.

PRÉPARATION DES SUPPORTS

La terre accroche de façon mécanique sur des supports propres dont la qualité d’accroche doit être compatible avec l’épaisseur d’enduit prévu (rugosité). Si cette accroche est satisfaisante on peut attaquer directement en corps d’enduit, sinon on commence par un gobetis d’accrochage qui peut être stabilisé à la chaux hydraulique.
Le support doit être humidifié pour empêcher la terre de sécher trop vite. Plus le support est absorbant plus il faut le mouiller.

MATÉRIEL UTILISABLE ET SON NETTOYAGE

La terre peut être projetée de façon mécanique ou appliquée manuellement. Pour cette application on utilise les outils traditionnels du maçons : règle, truelle, taloche, taloche éponge, lisseuse, mais également les outils du plâtrier : couteau, plâtroirs, longue spatule.

La terre n’est pas nocive pour la peau, elle peut donc s’appliquer également à la main.

Les outils se nettoient à l’eau et apprécient une protection par passage d’un chiffon huilé.


MISE EN OEUVRE

L’enduit s’applique en couches fines. Pour éviter la fissuration il faut le serrer fortement dès le début de séchage à la lisseuse inox ou plastique. Au fur et à mesure du serrage, on utilise des outils de plus en plus souples.

On peut revenir sur les enduits terre à tout moment puisqu’il n’y a pas de liant (sauf pour les terres stabilisées à la chaux), il suffit de remouiller le support.

Pour les enduits épais il est préférable de l’armer (toile de jute, fibres tissées, etc..)


En fonction de la qualité d’accroche du support on travaille soit :
- directement avec le corps d’enduit,
- en commençant par un gobetis puis le corps d’enduit. En fonction du support le gobetis peut être un mortier chaux sable ( 75 % de sable 0/4 mm et 25 % de chaux hydraulique).

SÉCHAGE

La terre sèche lentement, il faut compter une semaine pour un enduit peu épais. Elle s’éclaircit en séchant.

TYPES DE FINITION

En finition, l’enduit peut être laissé brut ou retravaillé pour obtenir un rendu gratté, taloché, lissé, voire serré en fonction de la décoration recherchée.
Cette terre se prête bien à des finitions de type « empreintes ».

FIXATION

Si l’enduit obtenu ne reçoit pas de finition, il faut le protéger et éviter qu’il ne « farine » en le fixant soit avec une cire saponifiée, de l’huile de lin, du savon noir, de la cellulose. Ces produits peuvent être utilisés avec des pigments en patine.

 



La société Barthe S.A. vous propose un produit en terre crue apportant un confort Thermique et Hygrométrique, un Bien-être Acoustique et Olfactif, qui est Sain, Esthétique et Naturel, Solide et Durable.

               Copyright © 2008 Barthe. Tous droits réservés. Réalisation du site Internet : MAMBU